J. EDGAR

Le début de l’année 2012 est marqué par le nouveau film de Clint Eastwood. Cette fois-ci, le réalisateur a décidé de s’attaquer à une figure charismatique de l’histoire américaine, John Edgar Hoover.


Synopsis : Le film explore la vie publique et privée de l’une des figures les plus puissantes, les plus controversées et les plus énigmatiques du 20e siècle, J. Edgar Hoover. Incarnation du maintien de la loi en Amérique pendant près de cinquante ans, J. Edgar Hoover était à la fois craint et admiré, honni et révéré. Mais, derrière les portes fermées, il cachait des secrets qui auraient pu ruiner son image, sa carrière et sa vie.

 

 

 

 


 

Clint Eastwood revient et pas n’importe comment. Dans son nouveau film, il dépeint une nouvelle fois un portrait, celui du très controversé fondateur et directeur du FBI, John Edgar Hoover. Après « Invictus » et « Au-delà », on osait plus espérer le grand retour de Clint Eastwood à la réalisation.

Pour son nouveau biopic, tous les ingrédients semblaient être au rendez-vous pour créer une œuvre magistrale : un personnage charismatique interprété par Leonardo Dicaprio et un sujet en or sur les dessus de l’histoire américaine. Le projet est vaste et ambitieux pour le réalisateur qui a tenté de retranscrire toute la carrière de John Edgar Hoover en tant qu’homme de loi.

J. EDGAR

Le film semblait plein de promesses, mais malheureusement celui-ci ne décolle jamais, la faute à de trop nombreux flashbacks faisant perdre tout son rythme au long métrage. Eastwood reste trop en surface, trop d’angles sont effleurés, mais aucun n’est étudié de bout en bout.

Le réalisateur fait le choix d’axer son regard sur le rapport aux autres du héros, un regard maladroit qui ne semble pas être pleinement exploité, mais qui reste cependant le fil rouge du film. D’autres pistes sont, elles aussi abordé, mais elles n’apportent aucun fond à l’œuvre. Le côté sombre de John Edgar Hoover est complètement évincé, laissant l’image d’un personnage sage et consensuel, exempt de tout défaut, un homme dépassé par une société en pleine mutation, déterminé à réussir peu importe par quel moyen.

Un portrait incomplet dressé par Clint Eastwood qui ne parvient pas à convaincre. La mise en scène reste très soignée, mais le tout est accentué par une musique pompeuse et incessante.

LEONARDO DiCAPRIO as J. Edgar Hoover in Warner Bros. Pictures’ drama “J. EDGAR,” a Warner Bros. Pictures release.  Photo by Keith Bernstein

Cependant, tout n’est pas noir dans le nouveau film du réalisateur de « Million Dollar Baby ». Si l’on peut lui reprocher un scénario en deçà de ce qu’il aurait pu être, la mise en scène reste de très bonne facture. On soulignera les très bonnes performances des acteurs, Judi Dench y est pleine de conviction et Armie Hammer interprète solidement le personnage de Clide Tolson, fidèle lieutenant et ami de J. Edgar. Leonardo Dicaprio reste la satisfaction majeure de ce biopic instructif mais incomplet.

Il convainc dans un rôle qui semble être fait pour lui, sans tomber dans la caricature, l’acteur livre une performance hors du commun qui lui fait traverser les âges. Se posant en véritable valeur sure, Dicaprio tient le long métrage à bout de bras allant même jusqu’à faire oublier certaines faiblesses de scénario.

J. EDGAR

Un manque flagrant d’audace de la part du cinéaste qui paye son manque d’ambition par un résultat fade et décevant. Malgré une mise en scène soignée, Clint Eastwood ne cesse de poursuivre son passage à vide en tant que réalisateur.


Note : 4/10

J.Edgar

Un film de Clint Eastwood avec Leonardo DiCaprio, Naomi Watts, Judi Dench….
Biopic – Drame – Américain – 2h15 – Sorti le 11 janvier 2012


Publicités